Lu en 6 min

Voici pourquoi tu devrais veiller à tes besoins en iode !

Seetangsalat
Par :
Journaliste freelance
Carina est une journaliste freelance. Elle écrit pour notre rubrique « mode de vie sain » et à propos de l'alimentation.

As-tu déjà pensé à ton approvisionnement quotidien en iode ? Non ? Pourtant, ça vaut le coup ! Cet oligo-élément a une fonction importante dans notre organisme. Découvre dans cet article toutes ses fonctions et apprends comment l’absorber.

Ton corps ne peut en effet pas produire de l’iode par lui-même. Une alimentation variée et équilibrée avec des aliments riches en iode ou une supplémentation en iode est donc très important. En plus de l’iode, les acides gras oméga-3 sont aussi essentiels. Les oméga-3 contribuent au fonctionnement normal du système cérébral et de la vision*. Les aliments riches en oméga-3 comme le saumon, les graines de lin ou les noix sont recommandés. Tu n’es pas fan de poisson ou tu es allergique aux noix ? Nos gélules Omégas 3 seront parfaites pour ton apport en acides gras. Celles-ci sont d’ailleurs vegan et crées à partir d’algues.

Qu’est-ce que l’iode ?

Il s’agit de l’un des nombreux éléments de base vitaux pour notre santé et garantissant le maintien de tout ce qui se trouve dans notre organisme – du moins à certains endroits. Plus précisément, il s’agit d’un oligo-élément essentiel et naturel que l’organisme ne peut pas produire lui-même. Petit rappel, tant que nous sommes sur le sujet : les oligo-éléments sont des minéraux dont l’organisme n’a besoin qu’en petites quantités.

Tu as envie d’un snack sain, gourmand et riche en vitamines, minéraux et en oligo-éléments ? Nos Noix et baies sont pour toi !

Noix & baies
©foodspring

Effets de l’iode dans le corps

L’importance de l’iode devient évidente lorsqu’on examine sa signification et son effet dans le corps humain. En tant que composant élémentaire des hormones thyroïdiennes, il est impliqué dans la production de chaleur du corps et dans la croissance et la maturation, en particulier du cerveau et des os. Il joue également un rôle dans le métabolisme énergétique, dans le maintien d’un fonctionnement normal de la peau et du système nerveux, et contribue à une fonction cognitive normale.

Il est important de noter que l’iode aide à maintenir des fonctions normales au sein de l’organisme. Il n’y ajoute rien, par exemple n’augmente pas telle ou telle performance. Bien au contraire ! De plus amples informations sur les besoins quotidiens et les conséquences d’un surdosage seront données au cours de cet article.

Effets sur la glande thyroïde

Il est d’une grande importance pour la thyroïde, étant crucial pour le fonctionnement normal de cette dernière. Ceci peut être attribué au fait qu’il s’agit d’une substance de base pour la production d’hormones thyroïdiennes. De leur côté, celles-ci régulent les processus métaboliques, stimulent la croissance du corps et des organes et contrôlent de nombreux processus dans l’organisme.

D’ailleurs, lorsque nous mangeons des aliments riches en iode, cet oligo-élément se fraye un chemin dans le sang via le tractus gastro-intestinal et trouve ainsi sa voie dans la glande thyroïde. C’est, en effet, dans la thyroïde qu’une grande quantité d’iode que l’être humain absorbe quotidiennement est utilisée. Jusqu’à 80 %, pour être plus précis.

Le cas des femmes enceintes et qui allaitent

Pendant la grossesse et l’allaitement, son apport est particulièrement important car il est encore plus nécessaire que d’habitude. Il y a deux raisons à cela : d’une part, les besoins des femmes enceintes en hormones thyroïdiennes augmentent considérablement et, d’autre part, une fois né, le bébé en pleine croissance joue aussi un rôle car il doit être alimenté par sa mère en iode par le biais du lait maternel.

Les femmes enceintes et en période d’allaitement ont un besoin en iode de 150 à 200µg/jour, nous dit l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Il est d’une grande importance pour la santé de la mère et de l’enfant de prévenir à tout prix une carence en iode. Sinon, l’enfant pourrait, entre autres, souffrir de troubles fonctionnels et de développement.

Comme les femmes en période de grossesse ou qui allaitent ne consomment généralement pas assez d’iode, même en dépit d’un régime alimentaire équilibré, beaucoup d’entre elles ont recours à des compléments alimentaires pour atteindre la dose recommandée. Si tu te trouves dans ce cas et que tu envisages la prise de compléments alimentaires, veille, bien sûr, à d’abord consulter un médecin.

Les aliments riches en iode

Comme nous l’avons déjà mentionné, le corps humain ne peut pas produire l’iode lui-même et, de plus, ne peut le stocker que de manière limitée, de sorte que l’oligo-élément doit provenir d’ailleurs. C’est pourquoi il est important de l’absorber par le biais de l’alimentation. Mais quels sont les aliments qui en contiennent ?

Lachs aus dem Ofen
©foodspring
vers la recette du saumon au four

Si tu pars à sa recherche, tu en trouveras surtout dans les poissons tels que la plie, le lieu jaune, le haddock, le hareng frit et les fruits de mer, mais on en trouve aussi dans le lait et les produits laitiers – et dans tous les produits fabriqués avec du sel iodé. Jette un coup d’œil aux ingrédients ! Le sel de table iodé avec lequel tu assaisonnes tes plats en est une bonne source. Mais prend garde tout de même à ne pas consommer trop de sel.

Savais-tu que la teneur en iode des aliments dépend de celle du sol agricole sur lequel ils poussent ? Cependant, surtout en Europe centrale, les sols en sont plutôt dépourvus en raison de l’érosion pendant la période glaciaire. L’alimentation ne suffit donc pas toujours à elle-même mais le recours au sel de table iodé permet d’éviter une carence en iode.

Besoin quotidien et surdosage en iode

Cela nous amène au point suivant, à savoir le besoin quotidien. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a rendu public les références nutritionnelles pour la population comme telles : pour les adultes, elles sont de 150 µg/jour, tandis que pour les enfants, elles sont réparties selon différentes tranches d’âge et varient ainsi pour les enfants de 1 à plus de 10 ans entre 80 µg/jour et 150 µg/jour.

Quant à l’autorité européenne de sécurité des aliments, elle a fixé une valeur limite supérieure de consommation d’iode de 600 µg par jour pour l’adulte, nous dit là encore l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Mais quiconque se nourrit « normalement » et de manière équilibrée ne devrait pas dépasser cette quantité. Si un surdosage se produit pour une quelconque raison, certaines maladies telles que l’hyperthyroïdie, la maladie auto-immune de Basedow ou la thyroïdite d’Hashimoto peuvent apparaître.

Carence en iode : symptômes et conséquences

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail mentionne qu’une large partie de la population âgée de plus de 10 ans souffre d’une insuffisance en iode.

Quelles en sont les conséquences ? À long terme, il en résulterait une production insuffisante d’hormones thyroïdiennes. Le taux de telles hormones en quantité insuffisante entraînerait une hypertrophie de la glande thyroïde et la formation d’un goitre. Selon l’état de gravité, cela pourrait être non visible à l’œil nu, mais dans des cas extrêmes, il pourrait y avoir un gonflement et une déformation importants du cou. Une carence à long terme peut avoir de graves conséquences sur la santé, les hormones n’étant pas produites en quantité suffisante.

Une carence peut également provoquer des symptômes tels que fatigue, apathie, troubles du sommeil, sensation de froid, diminution des performances et problèmes digestifs, mais aussi une sensation de tiraillement et de pression dans la gorge ainsi que des difficultés à respirer et à avaler.

L’iode et ses bienfaits : notre conclusion

  • L’iode est un oligo-élément essentiel qui joue un rôle important, notamment en relation avec la glande thyroïde et la production d’hormones thyroïdiennes.
  • En effet, il est nécessaire à la formation des hormones thyroïdiennes, qui à leur tour régulent d’importants processus métaboliques dans l’organisme.
  • Pour les adultes, un apport quotidien de 150 µg/jour est recommandé pour rester en bonne santé, mais les femmes doivent en consommer une plus grande quantité pendant la grossesse et l’allaitement.
  • Les aliments riches en iode sont, entre autres, le poisson, les fruits de mer et le sel iodé.

Aller plus loin avec foodspring :

Sources de l'article
Notre équipe de rédaction foodspring est une équipe de spécialistes en nutrition et en sport. Nous nous basons sur des études scientifiques pour étoffer chacun de nos articles. Si tu souhaites en savoir plus, n'hésite pas à lire notre politique éditoriale.

Articles similaires