Lu en 4 min

5 conseils pour pouvoir profiter des sports de plein air malgré les allergies

une femme fait un footing dehors

Les beaux jours tant attendus sont enfin arrivés. En réalité, c’est le meilleur moment pour ne plus s’entraîner dans la salle de sport, mais à l’extérieur. Le hic, c’est que les personnes souffrant d’allergies, en particulier les amateurs et amatrices de sport, connaissent déjà des difficultés liées à la présence de pollen. Le problème, c’est que si tu exiges toujours les performances les plus élevées possibles de ton corps, et ce malgré la quantité de pollen, tu risques d’aggraver tes symptômes et éventuellement de nuire à ta santé. Nous te donnons 5 conseils pour pouvoir pratiquer les sports de plein air malgré le rhume des foins et les allergies au pollen.

Pour que même une petite faim entre deux repas ne vienne pas entraver tes ambitions, nos Protein Balls te fournissent l’énergie dont tu as besoin, exactement lorsque tu en as besoin.

Faire du fitness en plein air peut augmenter tes symptômes

Le nez bouché, une envie constante d’éternuer et les yeux qui piquent : voilà le lot annuel que connaissent bien les personnes souffrant d’allergies lors de la saison pollinique. En plus de ça, toute personne qui fait un jogging, du vélo ou pratique toute autre activité sportive à l’extérieur respire automatiquement plus profondément, ce qui fait que le pollen peut pénétrer plus facilement dans les voies respiratoires et les solliciter davantage.

Mais ce n’est en aucun cas une raison pour se terrer entre quatre murs pendant que la vie se déroule à l’extérieur. Car précisément pendant la saison pollinique, il est important de maintenir une activité pour entraîner ses muscles respiratoires pour ainsi les renforcer et les protéger des effets des allergies au pollen.

Les éléments clés à garder en tête pour t’entraîner si tu souffres de rhume des foins et d’allergies au pollen

Pratiquer le fitness en plein air est aussi possible en cas d’allergies au pollen et de rhume des foins, et ça fait du bien à ton corps. L’important, c’est de te mettre moins de pression par rapport aux habitudes que tu as peut-être, parce qu’il est probable que ton corps soit de toute façon affaibli par la présence de pollen. Nos 5 conseils peuvent t’aider à maintenir ton exposition au pollen aussi réduite que possible lorsque tu pratiques un sport de plein air.

1 – Choisis le bon moment pour t’entraîner

Selon ton lieu de résidence, il est conseillé que tu t’entraînes le matin ou le soir, parce que ce sont des moments où il n’y a pas encore ou moins de pollen dans l’air que tu respires, ou de pollen qui peut rester collé sur tes cheveux ou tes vêtements. Dans les zones rurales, l’exposition au pollen dans l’air est la plus faible le soir, mais en ville c’est le matin.

Si tu as la possibilité de faire du sport en bord de mer, n’hésite pas un instant : comme le vent provient généralement de la surface d’eau qui est sans pollen, c’est un endroit où tu peux respirer profondément sans aucun problème. C’est le même principe en montagne, parce le vent n’arrive pas à transporter le pollen à plus de 1 600 mètres d’altitude. Gravir un sommet est donc doublement intéressant pour les personnes allergiques.

2 – Attends qu’il pleuve

Si tu apprécies de t’entraîner quand il fait beau, respire un grand coup avant de lire ce qui suit. Car même si courir sous un soleil radieux n’est pas seulement favorable à ton humeur, mais aussi à ton bronzage estival, tu as quand même intérêt à le faire sous la pluie. En effet, l’air est alors comme lavé et contient peu ou pas de ce pollen qui pourrait gêner les personnes souffrant de rhume des foins et d’allergies.

Ce qui est positif sur le sujet, c’est que comme on le sait, il n’y a jamais de mauvais temps si l’on porte les bons vêtements (d’extérieur) : tu peux donc maintenant t’en acheter en toute bonne conscience.

3 – Adapte ton parcours de course

Bien sûr, il est tentant de partir courir à travers des champs d’été en fleurs. Mais la bonne humeur retirée de la course sera gâchée si tu dois arrêter ton entraînement peu de temps après en reniflant et en ayant du mal à respirer. Au printemps et en été, il n’existe en effet aucun endroit pire qu’un champ en fleurs pour s’agiter en étant environné de pollen.

C’est donc bien mieux si tu ne t’entraînes pas dans une zone dégagée mais, par exemple, dans une forêt de feuillus. Dans ce type de forêt, les feuilles des feuillus agissent comme un filtre naturel contre le pollen. Sois seulement prudent si tu as des problèmes avec le pollen de certains arbres.

4 – Porte un équipement adapté

Même si d’habitude tu ne portes pas de lunettes, tu dois protéger tes yeux lors d’une séance d’entraînement en plein air. Les personnes souffrant de rhume des foins, en particulier, sont souvent sensibles aux conjonctives, qui ont également tendance à s’aggraver lors d’un entraînement à l’extérieur.

Porte donc des lunettes de soleil, des lunettes de sport ou même des lunettes spéciales pollen. Semblables aux lunettes de plongée, elles collent au visage autour des yeux et protègent ainsi tes yeux de manière particulièrement efficace.

Après ta séance d’entraînement en plein air, nos Recovery Aminos te fourniront un coup de pouce adapté. Ils ne contiennent pas d’additifs inutiles, mais des BCAA à base de plantes, de la L-glutamine vegan et des glucides facilement assimilables.

5 – Après l’entraînement, se laver est obligatoire

Immédiatement après t’être entraîné en plein air, lave tes vêtements, prends une douche et lave-toi aussi les cheveux. C’est le seul moyen d’empêcher le pollen de se fixer dans tes vêtements ou tes cheveux et d’éviter de continuer à le respirer après ta séance de sport. Ne suspends pas tes vêtements à l’extérieur pour les faire sécher. Les vêtements mouillés attirent beaucoup le pollen, donc tout l’effet positif recherché sera annulé.

Attention : même si nos conseils peuvent t’aider à rester en forme pendant la saison pollinique, discute au préalable de ton état de santé avec ton allergologue. Lui seul peut évaluer précisément la gravité de tes symptômes allergiques, le niveau d’exposition acceptable et quels médicaments peuvent également t’aider lors de ta pratique sportive.

Pour aller plus loin avec foodspring :

Sources de l'article
Notre équipe de rédaction foodspring est une équipe de spécialistes en nutrition et en sport. Nous nous basons sur des études scientifiques pour étoffer chacun de nos articles. Si tu souhaites en savoir plus, n'hésite pas à lire notre politique éditoriale.

Articles similaires