Lu en 6 min

Les édulcorants : zoom sur ces agents sucrants

limonade
De: foodspring editors

T’est-il déjà arrivé d’analyser l’étiquette d’un paquet de chewing-gums ? Les petites écritures laissent bien souvent les ignorants perplexes. Et non sans raison ! Que signifient les termes « aspartame », « saccharine » ou encore « stevia » ? Pour t’aider à y voir plus clair, nous allons te révéler tout ce que nous savons sur les édulcorants.

Que sont les édulcorants ?

Les édulcorants, pourvus de codes numériques « Exxx » appelés numéros E, apparaissent dans la liste d’ingrédients de nombreux produits de toute sorte. Dans l’industrie alimentaire, ils sont largement utilisés en tant qu’agents sucrants, car, malgré leur fort goût sucré, ils sont très peu caloriques, voire pas du tout. Comme ces substituts du sucre ont une faible densité énergétique, on les retrouve souvent dans les produits sans sucre ou pauvres en calories, tels que les barres de chewing-gum enveloppées dans un emballage en aluminium, les boissons sucrées, les confitures, les sauces, mais aussi les produits laitiers comme le fromage blanc aux fruits.

Les édulcorants peuvent être des composés aussi bien artificiels que naturels.

Tandis que l’aspartame, qui est l’édulcorant le plus connu et le plus utilisé, est fabriqué synthétiquement, les glycosides de stéviol, mieux connus sous le nom de stevia, sont un exemple d’édulcorant d’origine naturelle. Le pouvoir sucrant des édulcorants pouvant être 4 000 fois supérieur à celui du saccharose, ces succédanés sont plus faiblement dosés lors de la fabrication des produits.

Ces additifs alimentaires se différencient les uns des autres non seulement par leur pouvoir sucrant, mais aussi par leur goût. Contrairement à l’aspartame, la stevia serait légèrement amère en bouche et sablonneuse sur la langue.

Aperçu des édulcorants autorisés au sein de l’Union européenne

Au sein de l’Union européenne, les édulcorants sont des substances clairement réglementées. Avant qu’un composé ne soit officiellement autorisé en tant qu’édulcorant, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) le soumet à des tests approfondis. L’autorisation de mise sur le marché est délivrée une fois qu’un additif s’est avéré sans danger pour la santé. Chaque édulcorant se voit attribuer une valeur de DJA (dose journalière admissible) avec l’évaluation de sécurité. Cette valeur correspond à la quantité maximale que l’on peut consommer chaque jour par kilogramme de poids corporel. Les fabricants se basent sur cette valeur pour développer leurs produits.

Si l’on regarde encore une fois l’emballage des chewing-gums sans sucres, on s’aperçoit que l’étiquette indique à la fois la fonction de l’additif (ici, celle de l’agent sucrant) et le numéro E. La mention de ces deux informations est obligatoire au sein de l’Union européenne.

Par ailleurs, les autorisations en vigueur dans l’UE ne sont pas les mêmes qu’aux États-Unis par exemple. Par conséquent, certains produits disponibles aux États-Unis ne le sont pas dans les pays européens.

Voici une liste de tous les édulcorants naturels et artificiels, accompagnés de leur numéro E, qui sont autorisés au sein de l’Union européenne.

  • Acésulfame K (E-950)
  • Advantame (E-969)
  • Aspartame (E-951)
  • Sel d’aspartame-acésulfame (E-962)
  • Cyclamate (E-952)
  • Néohespéridine dihydrochalcone (E-959)
  • Néotame (E-961)
  • Saccharine (E-954)
  • Glycosides de stéviol (E-960)
  • Sucralose (E-955)
  • Thaumatine (E-957)

La dernière autorisation de mise sur le marché remonte à 2011. Les glycosides de stéviol, extraits de plantes, ont vu leur courbe de tendance s’envoler au cours de leurs premières années sur le marché. Ils sont non seulement présents dans les produits transformés, mais aussi disponibles sous forme de poudre blanche destinée à être utilisée dans les recettes sucrées. Le pouvoir sucrant de la stevia est environ 300 fois supérieur à celle du sucre blanc industriel.

Les édulcorants sont-ils mauvais pour la santé ?

À l’avenir, lorsque tu tomberas sur des numéros E sur les étiquettes de produits transformés, tu sauras immédiatement qu’il s’agit d’édulcorants. Mais les numéros E présents sur les paquets de chewing-gums ou autres indiquent-ils que le produit doit être rayé de la liste de courses ?

De nombreux articles et études se sont penchés sur la question de savoir si les édulcorants représentent un danger ou non pour l’Homme. Comme mentionné précédemment, les édulcorants naturels et artificiels qui peuvent potentiellement être utilisés en tant qu’agent sucrant sont strictement réglementés par l’EFSA. Sur le plan de la toxicité, il est aujourd’hui clair que les additifs sont considérés comme sûrs si les valeurs de DJA sont respectées. Contrairement aux idées reçues, les édulcorants ne sont, de ce fait, pas cancérigènes.

Par ailleurs, l’EFSA publie irrégulièrement des mises à jour comprenant les dernières évaluations de risques des différents édulcorants. Ainsi, les responsables de l’Autorité européenne de sécurité des aliments sont arrivés à la conclusion que l’aspartame, qui est également sous le feu des critiques, et ses produits de dégradation ne sont pas nocifs pour la population en général.

Selon les scientifiques, les édulcorants ont l’avantage de ne pas provoquer de caries. Les dents ne sont donc pas attaquées lorsque l’on consomme ces additifs.

Mais tout cela signifie-t-il pour autant que l’on puisse ingurgiter d’énormes quantités d’édulcorants ? Bien sûr, tu peux continuer à acheter des chewing-gums. Mais comme bien souvent, il convient d’appliquer la règle suivante : les produits renfermant des édulcorants doivent être consommés avec modération.

Édulcorants vs substituts du sucre

Il n’est pas rare de voir que les gens ne connaissent pas la différence entre les édulcorants et les substituts du sucre. Cela est notamment dû au fait que ces substances sont toutes deux des agents sucrants. Par conséquent, on les utilise pour sucrer les produits transformés et ils sont caractérisés par des numéros E sur la liste des ingrédients.

Un point déterminant vient différencier les édulcorants, comme l’aspartame et la stevia, des substituts du sucre : leur composition chimique. Les substituts du sucre sont des polyalcools que l’on retrouve en petites quantités sous forme de glucides dans les fruits et les légumes. Cependant, ils sont également fabriqués industriellement pour être utilisés comme agents sucrants.

cupcake citron coco avec édulcorants
©foodspring

L’érythritol est un exemple de substitut du sucre tendance que tu peux, entre autres, utiliser pour préparer nos muffins protéinés citron-noix de coco. Cet alcool de sucre, disponible en poudre, ne contient quasiment aucune calorie. On peut également retrouver du xylitol, autre substitut du sucre populaire, dans la liste d’ingrédients de notre préparation pour Brownies protéinés. Pour en savoir plus sur ce type d’agent sucrant, consulte notre article sur les substituts du sucre.

Édulcorants vs sucre : quel est le plus sain ?

En balayant les rayons de limonades et autres boissons sucrées, tu t’es toi aussi probablement déjà posé la question : entre le cola original avec du sucre ou la variante light avec édulcorants, quel est le plus sain ? En ce qui nous concerne, notre réfrigérateur est toujours rempli de Sparkling Aminos. Mais si ce n’est pas le cas, il est toujours bon de savoir quel agent sucrant constitue l’option la plus saine : l’édulcorant ou le sucre ?

sparkling aminos
©foodspring

Malheureusement, la réponse à cette question n’est à l’heure actuelle pas claire. Pour reprendre l’exemple du cola, il est évident que, contrairement au cola traditionnel, le produit avec édulcorants ne contient pas de calories, ce qui laisse supposer qu’il n’a donc aucune influence négative sur le poids du corps. Toutefois, l’hypothèse contraire a déjà été émise, selon laquelle les édulcorants étaient certes peu caloriques mais stimulaient l’appétit et donc entraînaient indirectement une prise de poids.

Dans l’ensemble, nous retiendrons que, dans les deux cas, il ne faut pas dépasser la dose journalière admissible recommandée. Pour le sucre, elle s’élève à 10 % de tes besoins journaliers en calories. Pour que le sucre n’ait plus de secret pour toi, jette donc un œil à notre article sur le sujet.

Les édulcorants : notre conclusion

  • Les édulcorants sont utilisés dans l’industrie alimentaire en tant qu’agents sucrants pauvres en calories ou non-caloriques.
  • Les substituts du sucre sont identifiés sur les emballages par des numéros E et par le terme « édulcorant ».
  • Chaque agent sucrant a sa propre valeur de DJA (dose journalière admissible) permettant de protéger le consommateur.
  • Grâce aux tests de sécurité effectués par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), on peut considérer que les édulcorants, consommés en quantités appropriées, sont sans danger pour la santé.
  • Les édulcorants et les substituts du sucre sont tous deux des agents sucrants, mais se différencient dans leur composition chimique.
Sources de l'article
Notre équipe de rédaction foodspring est une équipe de spécialistes en nutrition et en sport. Nous nous basons sur des études scientifiques pour étoffer chacun de nos articles. Si tu souhaites en savoir plus, n'hésite pas à lire notre politique éditoriale.
  • Süßstoff-Verband e.V. (association édulcorants)

  • AMBOSS Wissen für Mediziner

  • Verbraucherzentrale Hamburg (association de consommateurs)

  • EFSA European Food Safety Authority

  • NCBI Artificial sweeteners as a sugar substitute: Are they really safe?