Lu en 8 min

Optimisation de soi : pourquoi le mieux est l’ennemi du bien

groupes d'amis faisant du sport

Plus haut, plus vite, plus loin : chacun de nous se fait la promesse de devenir meilleur. La recherche d’un « meilleur moi » est dans notre nature et poursuit un développement personnel qui s’inscrit dans la continuité. Mais la frontière entre « désir » et « obsession » est très fine. Découvre dans cet article ce qui se cache derrière cette tendance et comment trouver le juste milieu.

Qu’est-ce que l’optimisation de soi ?

As-tu déjà pratiqué « la quantification de soi » ? C’est-à-dire compté tes pas ou suivi le rythme de ton sommeil, par exemple ? Grâce à la technologie moderne et à son ensemble d’activités d’auto surveillance, presque tout peut désormais être mesuré numériquement. Il existe de nombreuses applications et d’autres outils qui permettent de suivre ses progrès dans son sommeil, son alimentation, sa composition corporelle, ainsi que dans les domaines de l’exercice, de la productivité, mais aussi du bien-être mental. Outre cet ensemble d’activités d’auto surveillance sur smartphone, il existe également des ateliers et séminaires qui permettent d’acquérir le savoir-faire nécessaire pour réussir dans toutes sortes de domaines de la vie et pour rompre avec les vieilles habitudes.

En particulier au cours de cette pandémie, de nombreuses personnes ont eu plus de temps libre pour se tourner vers leur bien-être et poursuivre leur désir d’un « meilleur moi », par exemple d’entretenir leurs performances physiologiques et cognitives. Après tout, cette période de confinement devrait être utilisée de la manière la plus productive possible au quotidien – c’est du moins une promesse que l’on peut se faire.

Cela étant dit, il est important que tu veuilles t’améliorer parce que tu le veux vraiment, et non pas parce que tu penses devoir le faire pour répondre aux attentes des autres. Parfois, cette distinction n’est pas évidente au premier abord. Conséquence : le désir de s’améliorer devient un besoin et met une personne sous pression, plutôt que de lui donner davantage de satisfaction. Ce doit être une promesse faite à toi-même et non pas une promesse faite aux autres.

Mais que signifie exactement « s’optimiser » dans un tel contexte ? Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? L’optimisation de sa propre personne est une tendance qui existe depuis longtemps et qui nous pousse à être la meilleure version de nous-mêmes. Cela ne semble pas mal du tout au premier abord. L’optimisation de soi est souvent définie comme étant la conformité volontaire (excessive) d’une personne à des contraintes externes, des attentes sociétales ou des idéaux. Une valeur négative est donc attribuée à ce terme1.

Cependant, le désir de devenir meilleur n’est pas nécessairement une mauvaise chose, tant qu’il vient de l’intérieur de nous-même. Les philosophes de l’Antiquité grecque pensaient déjà à la façon dont l’homme pouvait s’améliorer. Ils mettaient l’accent sur des valeurs morales telles que l’honnêteté, la loyauté et le respect.

À l’origine, le terme « optimisation » remonte au mot latin « optimus » et signifie « le meilleur, le plus capable ». L’idée de base de l’optimisation de sa propre personne est d’atteindre le meilleur état possible au moyen de certaines actions. Par conséquent, ce terme doit être compris comme un processus continu d’amélioration de soi, qui vise à élever ses capacités à un plus haut niveau2.

Le phénomène de l’amélioration de sa propre personne n’est donc pas nouveau. La question est de savoir pourquoi nous voulons nous améliorer et à partir de quand le désir devient une contrainte.

méditation sur un tapis
©Westend61

D’où vient le désir de s’améliorer ?

Le désir de s’améliorer et de se perfectionner est une pulsion humaine naturelle qui aide à se développer. Sinon, nous ne ferions rien de toute la journée. Selon la psychologie de la personnalité, celle-ci serait façonnée par trois instances : le surmoi, le moi et le ça.

Le surmoi représente notre morale, nos valeurs, ainsi que les règles que nous avons suivies et intériorisées depuis l’enfance par nos parents et par la société. Cette instance nous fait viser la perfection, nous stimule et évalue de manière critique nos actions et nos approches3. Cela peut créer en nous à la fois des émotions positives, comme la fierté, et des émotions négatives, comme la culpabilité. C’est à ce stade que l’optimisation de soi peut être catégorisée.

Une autre raison au fait de vouloir développer ses performances réside dans la comparaison avec les autres. L’être humain est « un animal de société ». Nous devons trouver notre place dans le groupe. Nous voulons savoir où nous nous situons par rapport aux autres. Si nous sommes meilleurs que quelqu’un d’autre dans un domaine, cela stimule notre ego et notre confiance en nous-mêmes.

Malheureusement, l’amélioration de soi peut aussi devenir problématique lorsque le désir ne vient pas de nous justement, mais est imposé par les autres. Aie aussi des objectifs réalistes. Personne ne peut être le meilleur dans tous les domaines de la vie. Certains ont pour objectif de mesurer numériquement leur état de bonheur. Cependant, il s’agit d’un concept complexe, très individuel, qui ne peut être facilement calculé.

Optimisation de soi vs. obsession de l’optimisation : le juste milieu

Est-ce que cela veut dire que tu ne devrais pas vouloir t’améliorer du tout, et cesser de te fixer des objectifs ? Bien au contraire ! L’idée de faire plus de sa vie et de devenir une meilleure version de soi-même est carrément une chose positive ! Comme pour beaucoup de choses dans la vie, il faut trouver le juste milieu, c’est-à-dire un équilibre entre le travail et la récupération, entre l’acceptation et l’amélioration de soi. Grâce à nos conseils, tu peux atteindre tes objectifs sans tomber dans la manie du perfectionnement.

homme souriant dans la rue avec un café à la main
©The Good Brigade

#1 Connais ton « pourquoi »

Que tu souhaites mieux réussir au travail, te sentir plus en forme, améliorer la qualité de ton sommeil, ou ton alimentation, avoir des objectifs… tout ceci est positif ! Les nouveaux défis te font sortir de ta zone de confort et te donnent un sentiment d’accomplissement après les avoir relevés. Si tu veux t’améliorer, réfléchis bien à la raison de ton objectif. Pourquoi veux-tu t’améliorer ? Que vas-tu en retirer personnellement ? Décide de ce qui est vraiment important pour toi.

#2 Ne fais pas tout en même temps

Tu veux commencer à manger végétalien demain, ou entamer un jeûne intermittent, et suivre tout cela à la calorie près sur ton smartphone ? Arrête-toi un instant et prends une grande inspiration, puis expire. Commence par une seule chose plutôt que de te surcharger. Limite-toi à un seul objectif par domaine de ta vie : ta personnalité, ton alimentation, ton corps, ou encore ta carrière. Poursuis cet objectif sur le long terme.

#3 Aie des attentes réalistes

Nous vivons dans un monde où beaucoup de choses semblent rapides à réaliser. Une nouvelle tenue atterrit dans le panier en un clic et de nombreux tutoriels sont censés nous transformer en experts en 15 minutes. N’oublie pas que les changements fondamentaux ne se produisent pas du jour au lendemain. Pour acquérir de nouvelles habitudes, il faut être patient.

Même les objectifs des individus enjoints d’optimiser leur corps prennent du temps et vont de pair avec un changement de mode de vie. Nous parlons des objectifs visant leurs performances physiologiques et cognitives, la prise de muscles ou encore la mise en forme – donc les performances basées sur le corps humain et sur le mental, qui doivent s’adapter tout doucement. Par conséquent, ne te stresse pas trop et savoure le processus.

#4 Acceptation de soi

Accepte-toi tel que tu es, avec tes forces et tes faiblesses parce que c’est ce qui te rend unique ! S’aimer ne signifie pas que l’on ne peut pas travailler sur soi-même, mais que l’on est en paix avec soi-même. Si tu t’aimes, c’est que tu as reconnu ta propre valeur, et donc tu ne fais que le meilleur pour toi-même.

Tu veux faire quelque chose pour ton corps et ta forme physique ? Super ! Suis ton entraînement parce qu’il te fait du bien et parce que tu y prends du plaisir. Non pas parce qu’il faut se montrer à la hauteur d’un certain idéal. Remplace le mot « devoir » par « vouloir » et demande-toi ce que tu veux vraiment.

Notre conseil de lecture : tu veux en savoir plus sur l’amour de soi ? Alors consulte notre article Apprendre à s’aimer : 5 exercices pour renforcer l’amour de soi.

#5 Accorde-toi une pause

L’optimisation de soi et le suivi constant de ses performances et de ses progrès peuvent être épuisants. Les individus ne peuvent pas se concentrer en permanence sur leurs performances physiologiques et cognitives. Un équilibre entre l’effort et la récupération est essentiel au bien-être mental et physique. Il y a une raison pour laquelle ton corps développe ses muscles pendant la phase de récupération et pour laquelle ta créativité augmente lorsque tu prends du recul par rapport à un projet. Une fois équilibré et bien reposé, tu as encore plus d’énergie pour poursuivre tes objectifs. L’équilibre est la clé !

Astuce de notre rédaction : pour un bon équilibre aussi bien extérieur qu’intérieur, offre-toi un petit moment d’évasion avec une tasse de thé bio. Les ingrédients naturels te donneront une sensation apaisante et apporteront un peu de détente dans ton quotidien stressant.

Découvre notre infusion bien-être soirée relaxante
femme souriante devant un miroir
©Sam-Edwards

#6 Ne te compare pas constamment aux autres

Les réseaux sociaux nous bombardent quotidiennement de photos parfaites. Les stimuli visuels ont un impact énorme sur nous, sans que nous nous en rendions toujours compte. Même si nous savons que les photos ne sont pas toujours 100 % fidèles à la réalité, nous ne pouvons pas éviter de nous comparer à chaque fois.

Demande-toi quelle serait la meilleure version de toi-même. Mesure tes succès selon tes propres progrès. Peut-être es-tu devenu plus fort lors d’un exercice, ou as-tu plus d’endurance, ou acquis une nouvelle compétence.

Notre astuce lecture : les raisons pour lesquelles tu devrais passer plus de temps déconnecté sont exposées dans notre article Digital Detox : 12 conseils pour se déconnecter des écrans.

#7 Pense différemment

L’optimisation de soi est axée sur le « je ». Il n’y a rien de mal à vouloir travailler sur soi-même. Après tout, tu es l’acteur principal de ta vie. Mais parfois, un changement de perspective peut t’aider à voir les choses dans leur ensemble et à ne pas te laisser emporter par les petites choses de la vie quotidienne.

Au lieu de te demander : « que puis-je faire pour moi-même ? », tu peux réfléchir à ce que tu pourrais faire pour les autres. Aider une autre personne ou faire quelque chose de bien peut aussi te rendre un peu plus heureux.

#8 Personne n’est parfait

Cette phrase est aussi simple qu’elle est vraie. Tout ne doit pas être parfait tout le temps, et d’ailleurs ce n’est pas possible. Quatre-vingt-quinze pour cent accomplis peuvent être suffisants, et rendent même bien plus heureux que d’en faire plus.

Si ta quête d’amélioration te met sous pression, te limite ou te culpabilise constamment après avoir manqué de discipline une fois, tu devrais alors te demander si tu ne prends pas l’optimisation de toi-même trop au sérieux. En effet, de cette façon, tu peux certes t’améliorer dans un domaine, mais tu ne seras probablement pas la meilleure version possible de toi-même.

Optimisation de soi : notre conclusion

  • L’optimisation de soi est un processus continu d’amélioration personnelle, conçu pour faire passer ses qualités et ses compétences personnelles à un niveau supérieur.
  • Les individus pratiquant cette forme d’optimisation favorisent leur propre développement, ainsi que leurs performances physiologiques et cognitives. Ils relèvent de nouveaux défis au quotidien et sont plus satisfaits avec eux-mêmes.
  • La frontière entre « amélioration » et « obsession à toujours s’auto-évaluer » n’est pas toujours claire.
  • Trouve ton propre équilibre en te fixant des objectifs qui font sens pour toi et qui sont réalistes. Prends ton temps et savoure le processus.
  • N’entreprends pas trop de choses à la fois et ne te mets pas sous pression si tu t’es fait la promesse de t’améliorer.
Sources de l'article
Notre équipe de rédaction foodspring est une équipe de spécialistes en nutrition et en sport. Nous nous basons sur des études scientifiques pour étoffer chacun de nos articles. Si tu souhaites en savoir plus, n'hésite pas à lire notre politique éditoriale.
  • 1https://www.duden.de/rechtschreibung/Selbstoptimierung

  • 2https://www.bpb.de/gesellschaft/umwelt/bioethik/311818/selbstoptimierung

  • 3Myers, David G. (2005): Psychologie, Heidelberg: Springer 2005.

Articles similaires

shares