salade de patates douces et avocat

L’insuline : l’hormone clé dans la régulation du sucre dans le sang

Par : foodspring Editorial Team

L’insuline est la seule hormone qui abaisse le taux de sucre dans le sang en entraînant les cellules de l’organisme à absorber le glucose du sang. Apprends dans cet article comment agit l’insuline et de quelle façon tu peux influencer ton taux d’insuline pour que celui-ci reste sain.

L’insuline : qu’est-ce que c’est ?

L’insuline est une hormone. D’un point de vue chimique, l’insuline est une hormone constituée de 2 chaînes : une chaîne A de 21 acides aminés et une chaîne B de 30 acides aminés, ces derniers étant les éléments constitutifs des protéines. Structurellement parlant, l’insuline est donc une hormone protéique.

Elle est sécrétée par les cellules bêta des îlots de Langerhans dans le pancréas. L’hormone est libérée dans le sang lorsque le taux de sucre dans le sang augmente en raison de la consommation d’aliments, en particulier lors d’un repas riche en glucides.

Tu te demandes pourquoi l’insuline est si importante pour un métabolisme sain ? C’est la seule hormone qui amène le taux de sucre dans le sang à baisser à nouveau après avoir augmenté. Avec son antagoniste, l’hormone glucagon, l’insuline régule l’absorption du glucose depuis le sang vers les cellules de l’organisme.

En tant que messager chimique, l’insuline est essentielle pour un métabolisme sain des glucides. Si la sécrétion de l’hormone, sa libération, ou encore la communication entre les cellules et les tissus est perturbée, des maladies surviennent.

L’effet de l’insuline sur le taux de sucre dans le sang

Qu’il s’agisse d’une course d’endurance à un rythme modéré, d’un entraînement éprouvant avec des poids, ou encore d’un étirement intensif, l’énergie absorbée par le biais de la nourriture sert de base à toutes nos activités physiques. Sans un apport équilibré de glucides, de lipides et de protéines, nous ne pourrions réaliser que la moitié de nos performances dans notre quotidien sportif.

©Vesna Jovanovic / EyeEm

Derrière le métabolisme des aliments se trouve un système sophistiqué dans lequel l’hormone insuline joue un rôle clé. Elle joue ce rôle avant tout vis-à-vis des glucides : les pommes de terre, les pâtes, le pain, etc. atteignent les intestins sous forme de chaînes de glucose depuis la bouche via l’œsophage et l’estomac jusque dans l’intestin. Une fois sur place, les sucres sont décomposés en sucres simples grâce à des enzymes digestives qui entrent dans la circulation sanguine par la paroi intestinale. Résultat : une hausse du taux de sucre dans le sang.

En réponse à l’augmentation du taux de sucre dans le sang, l’insuline sécrétée dans le pancréas est également libérée dans le sang. En se liant à des récepteurs spécifiques sur la surface cellulaire, l’hormone qui circule dans le sang envoie des informations aux cellules correspondantes du foie, des muscles et des reins.

Ce n’est qu’après que l’insuline s’est immobilisée que les cellules peuvent absorber les sucres simples et les convertir immédiatement en énergie ou les stocker sous forme de glycogène.  L’insuline a donc un effet hypoglycémiant en permettant au glucose du plasma sanguin de passer à travers la membrane cellulaire pour atteindre l’intérieur de la cellule.  Outre l’insuline, l’hormone glucagon est également impliquée dans la régulation du métabolisme des glucides. Cette hormone augmente le taux de sucre dans le sang en stimulant la formation de glucose riche en énergie à partir du glycogène.

Même si l’insuline est principalement libérée à la suite d’une augmentation du taux de glucose dans le sang, elle réagit également à l’apport de protéines et de graisses. D’une part, l’hormone protéique influence l’absorption des acides aminés dans les cellules et la formation de nouvelles protéines dans l’organisme, d’autre part elle régule l’absorption et le stockage des graisses dans les tissus adipeux. Un taux d’insuline élevé entraîne un stockage accru des graisses.

Influencer la libération d’insuline par l’alimentation

Nous avons constaté que l’alimentation, en particulier l’apport en glucides, influence la libération d’insuline par le pancréas. Cependant, tous les glucides ne sont pas identiques. En effet, selon le type de sucre donné, le taux de sucre dans le sang – et par conséquent la libération d’insuline – augmente parfois plus vite et parfois plus lentement.

©Vesna Jovanovic / EyeEm

Par le simple fait d’avaler quelques carrés de chocolat au lait, le taux de sucre dans le sang augmente en raison de la forte teneur en sucre simple, ce qui libère de l’insuline dans le sang en grande quantité. La plupart d’entre nous connaissons bien cette brève poussée d’énergie causée par une petite surdose de sucre rapidement transformé, qui redescend aussitôt qu’elle est apparue.

Cependant, après un repas contenant des glucides complexes, le taux de sucre dans le sang augmente plus lentement, car les glucides à longue chaîne doivent d’abord être décomposés en sucres simples. La sécrétion et l’effet de l’insuline s’adaptent également au niveau de glucose dans le sang.

Les pauses entre les repas, c’est-à-dire les heures pendant lesquelles nous ne mangeons pas, permettent de faire baisser le taux de sucre dans notre sang jusqu’au niveau de jeûne. Chez une personne en bonne santé, ce taux est d’environ 70 mg/dl. Quand on ne peut pas s’empêcher de grignoter du sucré pendant la journée, une augmentation du taux de sucre peut être constamment détectée dans le sang – l’insuline est libérée. L’excès de glucose, dont l’organisme n’a pas immédiatement besoin pour la production d’énergie, est stocké dans le foie et les muscles sous forme de glycogène.

Tu es à la recherche de recettes saines comprenant des glucides complexes qui se décomposent dans l’organisme et pénètrent lentement dans le sang ? Nous t’avons rassemblé quelques idées ici.

Porridge protéiné au quinoa et aux fruits

©foodspring
Découvrir la recette du porridge

Spaghettis de courgettes à la bolognaise de lentilles

Spaghettis de courgettes à la bolognaise de lentilles
©foodspring
Spaghettis recipe? Si !

Salade de patates douces à l’avocat

Salade de patates douces à l'avocat
©foodspring
À moi l’avocat !

Au fait : de petites quantités d’insuline sont également libérées indépendamment de la consommation de nourriture. Les substances délivrées à l’état de jeûne et pendant le sommeil sont appelées insuline basale.

Qu’est-ce que l’insulinorésistance ?

L’insulinorésistance décrit une diminution de la sensibilité à l’insuline par les cellules. Contrairement à une personne en bonne santé, une personne souffrant d’insulinorésistance vit une diminution de l’effet que l’insuline a sur les cellules de son corps. Ses cellules affectées n’absorbent pas le sucre d’un repas riche en glucides. Par conséquent, bien que le taux de sucre dans le sang augmente et que l’insuline soit sécrétée par le pancréas, le foie, les muscles et les reins ne peuvent pas l’absorber pour la convertir en énergie. Résultat : un taux de glycémie élevé en permanence.

La résistance à l’insuline est considérée comme le trouble le plus courant du métabolisme des glucides. Les causes sont étroitement liées à l’état de santé de la personne en question. La suralimentation et le surpoids, le manque d’exercice et le stress sont considérés comme les principales causes. Mais l’âge et la génétique ont également une influence significative sur le métabolisme des glucides.

Le rapport entre insuline et diabète

En médecine, on distingue deux types de diabète mellitus. Les personnes atteintes de diabète de type 1 manquent d’insuline, tandis que celles atteintes de diabète de type 2 souffrent de résistance à l’insuline – comme décrite ci-dessus.

femme injection insuline contre diabète
©Charday Penn

Les cellules du corps d’une personne atteinte de diabète de type 2 réagissent moins bien à l’insuline. L’insulinorésistance entraîne initialement une augmentation de la sécrétion de l’insuline pour compenser son faible effet, faute de quoi le sucre s’accumule dans la circulation sanguine. On sait maintenant que la sensibilité des cellules diminue avec l’augmentation du poids corporel.

Si aucun traitement n’est effectué, par exemple en entamant un régime alimentaire sain, la résistance à l’insuline est à long terme aggravée par une mauvaise libération et une production réduite d’insuline. On suppose que cela est dû à l’épuisement du pancréas.

La combinaison de l’insulinorésistance, de la perturbation du métabolisme du glucose qui en résulte, de l’hypertension artérielle, de l’obésité et d’un trouble du métabolisme des lipides est appelée syndrome métabolique.

Contrairement au diabète de type 2, le diabète de type 1 est une maladie auto-immune. Il consiste en un manque d’insuline dû aux anticorps formés dans le pancréas qui détruisent les cellules bêta productrices d’insuline. Les personnes qui souffrent de diabète de type 1 ne produisent pas assez d’insuline, voire pas du tout, et doivent contrecarrer la maladie par un traitement, l’insulinothérapie sous forme d’injections.

L’insuline : notre conclusion

  • L’hormone insuline est le seul messager chimique de notre corps qui contribue à faire baisser le taux de sucre dans le sang.
  • L’hormone protéique est produite dans le pancréas et est libérée dans le sang lorsque le taux de sucre dans le sang augmente.
  • La libération d’insuline peut être influencée par l’alimentation.
  • Si le métabolisme des glucides est perturbé par la sensibilité des cellules à l’insuline, on parle alors d’insulinorésistance.
  • La sensibilité à l’insuline est directement liée à la maladie du diabète de type 2.
  • La suralimentation et le surpoids, le manque d’exercice et le stress sont considérés comme les principales causes de la résistance à l’insuline et, par conséquent, du diabète de type 2.
  • Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune; elle apparaît car la production d’insuline est insuffisante.

Astuce de notre rédaction :

Démarre ton Body check gratuit dès maintenant, et reçois des recommandations personnalisées de la part de nos experts en nutrition et sport !

Effectuer mon body check

 

Sources de l'article
Notre équipe de rédaction foodspring est une équipe de spécialistes en nutrition et en sport. Nous nous basons sur des études scientifiques pour étoffer chacun de nos articles. Si tu souhaites en savoir plus, n'hésite pas à lire notre politique éditoriale.

Commentaires

Articles similaires

shares